JavaScript Menu, DHTML Menu Powered By Milonic

Les Routes de la soie, de Han Wudi à Xi Jinping
Intervenant : STOUDER Paul
CPA338A


Si l’expression « route de la soie » est tardive (Ferdinand von Richthofen, 1877), elle n’en désigne pas moins une réalité dès l’époque des Han, lorsque Wudi (141-87 avant J.-C.) établit la domination chinoise sur l’Asie centrale. Tandis que les Chinois importent les chevaux et la vigne du Ferghâna, ils exportent la soie qui finit par atteindre les rivages de l’empire romain au début de notre ère. L’archéologie et les sources épigraphiques documentent différents itinéraires, y compris une route maritime. il y a donc des routes de la soie. Cependant, l’intensité des échanges est directement corrélée aux périodes d’unification de la Chine, sous les dynasties Han, Sui et Tang. C’est aussi par les routes de la soie que le bouddhisme pénètre en Chine. A partir du XVIe siècle, l’ouverture de routes maritimes régulières détourna des voies terrestres une importante part des échanges entre l’orient et l’occident. Récemment, en 2013, pour accompagner le développement du commerce extérieur chinois, le président Xi Jinping a annoncé la volonté de la Chine d’ouvrir de « nouvelles routes de la soie », d’ores et déjà matérialisées par des lignes maritimes entre Shanghai et l’Europe et par une liaison ferroviaire entre Wuhan et Lyon.